Maladie-Crohn.net
Partager
Partager
Partager

Le diagnostic de la maladie de Crohn

Un premier diagnostic établi par le médecin traitant

Dans la majorité des cas, la maladie de Crohn est identifiée sur des patients souffrant de simples diarrhées chroniques. En effet, un médecin traitant, face à un individu souffrant de diarrhée, diagnostiquera le plus souvent une simple gastro-entérite qu'il tentera de soigner par un traitement adapté tout en laissant la porte ouverte à des examens complémentaires ultérieurs si le patient n'est pas totalement rétabli après 7 jours.

Bien entendu, en discutant avec le patient et en l'examinant, le médecin traitant peut également s'apercevoir rapidement, si d'autres symptômes que la diarrhée sont présents, qu'un diagnostic de la maladie de Crohn est possible.

Dans ce cas-là, le médecin traitant va immédiatement faire effectuer un bilan initial permettant de confirmer ou d'infirmer le diagnostic de la maladie de Crohn.

Une batterie d'examens complémentaires indispensable pour diagnostiquer la maladie de Crohn

Afin d'établir précisément le diagnostic de la maladie de Crohn, le médecin traitant va constituer autour de son patient une équipe de médecins qui, chacun dans leur spécialité, pourront observer l'état de santé de l'individu à travers différents examens médicaux :

  • un bilan biologique prenant la forme d'analyses de sang : l'objectif ici est de noter d'éventuelles anomalies dans le sang. Il peut s'agir de carences en vitamines ou d'anémies. Si ces analyses ne révèlent rien, elles pourront éventuellement être utiles ultérieurement pour connaître les effets de la maladie sur les différents organes.

  • la coloscopie : par l'intermédiaire d'une sonde, elle permet d'examiner la muqueuse du côlon mais aussi de l'iléon et d'observer les éventuelles lésions. Elle donne également la possibilité aux médecins d'effectuer des biopsies c'est-à-dire des petits prélèvements ensuite analysés. La détection de la présence d'un œdème ou d'un granulome éphitélioïde permet par exemple de suspecter très fortement qu'un patient souffre de la maladie de Crohn.

  • l'endoscopie oeso-gastro-duodénale : elle est l'équivalent de la coloscopie à la différence qu'elle va examiner la partie haute du tube digestif. Là encore, des biopsies pourront être effectuées.

  • la vidéocapsule : pour explorer les zones les plus difficiles du tube digestif et en particulier l'intérieur de l'intestin grêle, la vidéocapsule peut être sollicitée. Nécessitant une simple hospitalisation de jour, la vidéocapsule consiste pour le patient à avaler une mini-caméra incluse dans un comprimé. Cette caméra va envoyer des images à un ordinateur permettant au personnel médical d'observer d'éventuelles lésions.

  • la radiologie et le scanner abdominal : devenus des examens complémentaires avec l'évolution technologique, ils permettent encore d'identifier la présence de sténoses et de fistules.

Une fois, la batterie de tests effectuée et le retour des divers spécialistes fait au médecin traitant, ce dernier est en capacité de dire si le patient souffre de la maladie de Crohn ou d'une autre pathologie.

Mentions légales - webmaster (at) maladie-crohn.net
Maladie-Crohn.net 2016